Les formes de gouvernance reposent sur le seul droit des sociétés d’actionnaires et sont, à bien des égards, inadaptées aux défis économiques, écologiques et sociaux actuels. L’entreprise elle-même a besoin d’une refondation, d’une part pour prendre en compte la communauté de travail créative et les acteurs extérieurs, d’autre part pour promouvoir une innovation dans le sens d’ un progrès économique et social.

L’Institut LEA, « L’Entreprise Alternative », se fonde sur la conviction que le croisement des approches et des réflexions peut être fécond. Entreprises où la finance est mise au service du développement industriel, des femmes et des hommes et de l’écologie ; économie sociale et solidaire où les valeurs fondatrices ne sont pas que du marketing ; services publics où l’intérêt général et le management délibératif se cherchent… il y a matière à défricher de nouvelles voies. Voilà pourquoi l’Ugict-CGT décide d’ouvrir un tel espace d’échanges en créant LEA.

Et la révolution numérique nous offre cette opportunité comme un levier pour modifier gouvernance et management dans une optique progressiste au plan social, économique et environnemental.

Le numérique bouleverse aussi  tous les rapports à l’information, au savoir, au pouvoir, à l’organisation du travail, au temps. Il transforme le modèle productif économique en  passant d’une production de masse à une production personnalisée de produits et services intégrés.

Il interroge aussi l’ensemble des relations sociales, la formation, la conception et le contenu du droit, invente de nouvelles formes de travail et d’emploi ébranlant jusqu’au financement de l’ensemble de notre système social.

Contrairement aux révolutions industrielles précédentes, qui se sont déroulées sur un siècle, celle-ci se réalisera en deux ou trois décennies. Si nous ne voulons pas laisser faire le marché et les logiques financières, le type de transformations de la gouvernance et du management sera décisif pour conduire cette révolution numérique et y donner un sens.

Nouveaux droits, nouveaux modèles de gestion sont à construire en mariant pouvoir d’agir et œuvre collective de façon efficace, en réconciliant finalité individuelle et collective. Un vaste chantier.

Jean-François Bolzinger

Président de l’Institut LEA

Mis en ligne le 3 mars 2018